• fr
  • en

Anticiper : le haut débit et l’éducation dans les montagnes au-delà de Covid-19

Par Martin Price, Directeur du Centre des Etudes de Montagne, Perth College, Université des Highlands et des Iles, Ecosse pour NEMOR.

Pendant la crise actuelle de Covid19 , nous sommes devenus de plus en plus dépendants de la qualité de nos connexions haut débit, pour de nombreux aspects de notre vie. Toutes nos réunions sont maintenant en ligne (j’ai maintenant utilisé six plateformes différentes !), ceux d’entre nous qui ont des enfants ont dû devenir des enseignants à domicile à temps partiel (tout en essayant de travailler à plein temps…) en utilisant des documents en ligne fournis par les écoles de leurs enfants (et, au Royaume-Uni, par la BBC) et les universités ont dû rapidement changer leur mode de formation en ligne. Pour certaines universités, il ne s’agit pas seulement d’une mesure à court terme : par exemple, l’université de Cambridge a annoncé que tous les cours seront en ligne jusqu’à la fin de la prochaine année universitaire.

Quelles sont donc les implications pour les zones de montagne et l’enseignement universitaire – et la recherche ? Dans les différents projets auxquels j’ai participé ces dernières années, et en tant que membre d’Euromontana, il est apparu clairement que l’accès au haut débit dans les zones de montagne est généralement inférieur à celui de nombreuses autres régions – même s’il existe peu de statistiques fiables, voire aucune, sur cette « fracture numérique », et que la situation continue d’évoluer rapidement. Cependant, il y a trois ans, la « meilleure estimation » était que « seulement 25% des zones rurales étaient couvertes par le haut débit (vitesse de téléchargement min. 30 Mbit/s) ou le haut débit ultra-rapide (vitesse de téléchargement min. 100 Mbit/s), contre environ 70% des zones urbaines », comme l’a déclaré Marie Clotteau d’Euromontana lors d’un séminaire sur la « Politique de cohésion dans les zones de montagne« . Il convient peut-être de souligner qu’il ne s’agit pas seulement d’une préoccupation pour les zones de montagne, mais aussi pour les autres « territoires à spécificités géographiques » (TSG) – zones à faible densité de population et îles (dont beaucoup sont également montagneuses) – comme l’a étudié le projet ESPON BRIDGES. Le rapport final du projet a noté que « la couverture relativement faible en haut débit est liée à la petite taille des marchés et aux coûts relativement élevés de la prestation (mais) les avantages potentiels de la numérisation sont particulièrement importants dans les TSG ». Ce qui devient évident dans la crise actuelle, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de « bénéfices » : il s’agit de pouvoir fonctionner dans une société qui doit s’adapter rapidement à un monde étrange et incertain. Certains aspects de cette adaptation, tels que la réduction des déplacements et l’augmentation du travail à domicile, feront probablement partie de la « nouvelle normalité ».

Alors, que sait-on de la situation actuelle et des perspectives d’avenir des populations vivant dans les zones de montagne ? Il existe un portail européen sur l’accès au haut débit mais, comme de nombreux projets de cartographie de l’UE, les données ne sont disponibles qu’au niveau NUTS3 – qui correspondent rarement bien aux zones de montagne – et pas pour tous les pays. Il ne serait donc pas facile d’analyser la situation des zones de montagne à l’échelle européenne, même si cela serait probablement possible pour certains pays. En ce qui concerne les mesures prises pour lutter contre la fracture numérique, un rapport de 2016 a recensé des projets en France et en Italie financés par des partenariats public-privé bénéficiant de fonds de l’UE au cours de la période de programmation 2007-2013. Depuis lors, les fonds européens et nationaux ont soutenu de nombreux investissements stratégiques visant à améliorer l’accessibilité du haut débit dans les zones montagneuses, par exemple en Croatie, en Allemagne, en Grèce (à grande et petite échelle), au Portugal et en Écosse, et des fonds supplémentaires sont disponibles. Vous trouverez également d’autres exemples dans le manuel récemment publié sur le haut débit dans les zones rurales. Ce qui est intéressant, c’est que ces projets ont été mis en œuvre à différentes échelles, et par des organisations gouvernementales et des organisations de quartier. Peut-être quelqu’un étudie-t-il déjà les nombreux projets en cours ; mais, sinon, une comparaison des origines, des structures de gouvernance, de l’exécution et des résultats de ces projets et d’autres serait très utile pour éclairer l’élaboration et la mise en œuvre des politiques dans la nouvelle période de programmation.

En ce qui concerne l’enseignement universitaire, si certains d’entre vous ont dû rapidement adapter leur enseignement à la pédagogie en ligne au cours des dernières semaines, le personnel du Centre d’Etudes de Montagne – qui fait partie de l’Université des Highlands et des îles (UHI) – enseigne entièrement en ligne depuis 2004. Les Highlands et les îles sont des régions montagneuses et peu peuplées. Dans les années 1990 et au début des années 2000, plus de 300 millions de livres sterling de fonds européens et nationaux ont été consacrés à la création de l’UHI, une université répartie sur 13 sites principaux, avec plus de 70 « centres d’apprentissage » où les gens peuvent étudier dans leurs propres petites communautés. Une part importante de l’investissement a été consacrée à la connectivité numérique, sachant que cela serait nécessaire pour permettre aux habitants de toute la région d’étudier sans avoir à déménager, voire à s’installer dans les grandes villes de la région. Dans cette optique, de nombreux cours de l’UHI sont partiellement ou entièrement en ligne depuis deux décennies. L’un d’entre eux est le Master en ligne sur le Développement Durable des Montagnes, que je dirige depuis son lancement en 2004.

Au début de cette année, j’ai contacté tous nos diplômés en leur posant une série de questions sur les raisons qui les ont poussés à suivre ce cours, sur leur expérience et sur leurs activités ultérieures. Le taux de réponse a été excellent : 80% ! Pour cet article, je me concentrerai uniquement sur les avantages de suivre un cours en ligne qu’ils ont reconnus : chacun en a identifié quelques-uns. Lorsqu’ils ont suivi le cours, seuls 16 % des diplômés vivaient et travaillaient dans des zones rurales de montagne ; le reste se trouvait dans des centres urbains, petits ou grands, souvent dans des zones de montagne. Mais la possibilité d’étudier depuis chez soi ou en voyageant était très importante – les diplômés comprenaient certains alpinistes confirmés et des voyageurs réguliers. L’avantage le plus souvent cité est qu’ils peuvent adapter leurs études à leurs engagements professionnels et familiaux, ce qui est possible car le cours est totalement asynchrone ; les étudiants peuvent étudier à toute heure du jour ou de la nuit (bien qu’ils doivent remettre leurs évaluations à temps !). Ces anciens étudiants vivent dans de nombreuses régions du Royaume-Uni, dans d’autres pays européens, au Canada et aux États-Unis. Pourtant, beaucoup ont apprécié de faire partie d’une communauté virtuelle ; et certains restent encore en contact avec d’autres diplômés. En même temps, certaines personnes ont mentionné les inconvénients des études en ligne, en particulier le manque de possibilités d’interaction directe avec le personnel et les autres étudiants : une chose que nous pouvons tous admettre pour l’instant, je pense.

Ce n’est qu’un exemple, et vous pouvez trouver d’autres cours en ligne dans la Base de données sur l’Education en Montagne du Partenariat pour la Montagne). Cependant, j’espère que les leçons que nous avons apprises au cours des 16 dernières années seront pertinentes pour tous ceux qui sont actuellement, ou pourraient être, impliqués dans l’enseignement en ligne – et aussi que vous pourrez éventuellement en apprendre davantage sur notre expérience dans un article que nous avons récemment soumis pour publication !

Dans un monde post-Covid19, l’enseignement en ligne devrait devenir encore plus fréquent, que les cours soient entièrement en ligne ou partiellement en ligne, dans le cadre d’une « prestation mixte ». Pour tous ceux qui vivent dans des zones montagneuses, il sera encore plus important de disposer d’un accès au haut débit fiable et rapide, et nous devons mieux comprendre comment le fournir le plus efficacement possible, non seulement pour l’éducation, mais aussi pour les entreprises, les pouvoirs publics, les soins de santé et de nombreuses autres activités essentielles.

Share
2 juin 2020

Euromontana sur Facebook

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: (#10) This endpoint requires the 'manage_pages' or 'pages_read_user_content' permission or the 'Page Public Content Access' feature. Refer to https://developers.facebook.com/docs/apps/review/login-permissions#manage-pages and https://developers.facebook.com/docs/apps/review/feature#reference-PAGES_ACCESS for details.
Type: OAuthException
Code: 10
Please refer to our Error Message Reference.

Euromontana sur Twitter

40% of European regions are excluded from #innovation developments for 4.0 technologies. They miss opportunities and the edge achieved in 3.0 technologies. 📖more about #digitaltranformation of Regional Economies in this last update of Transregecon project
https://t.co/uIvD10ewO5

Le #SAB et l'Aide suisse à la montagne lancent le Prix Montagne 2020. Doté de 40'000 et 20'000 francs, il récompense des entreprises novatrices contribuant au développement des régions de #montagne. Les candidatures peuvent être envoyées jusqu'au 18 août.
https://t.co/RUNHA7iOYE

2

❌ No #youth should be left behind ❌
See the recommendations of the Council of the UE for more opportunities for the #rural youth with:
👉 employment & training opportunities
👉 inclusive governance & youth spaces
👉 transports & ICT infrastructures
https://t.co/9auFpUdQeL

Discover MapLoup, a portal on #predation developed in the Auvergne-Rhône-Alpes region
📱💻 It provides real time notifications on attacks to farmers and decision makers and an atlas of long-term trends for a better analysis of evolutions 👇
https://t.co/YauJsbs1v8

Europejscy interesariusze już pracują nad europejską długoterminową wizją obszarów wiejskich. Zobacz najnowszy post, który kompiluje niektóre z ostatnich inicjatyw, takich jak rekomendacje z @Euromontana: https://t.co/SRod16gOQv

Load More...