• fr
  • en

« Comment rendre les zones rurales plus attrayantes pour les jeunes ? » Retour du 2ème atelier sur l’Inclusion Sociale du REDR

Le 3 mai 2018, le REDR a organisé son deuxième atelier sur l’inclusion sociale axé sur l’attractivité des zones rurales pour les jeunes.  L’atelier avait pour but de discuter la manière d’améliorer l’attractivité des zones rurales pour les jeunes par le biais d’échanges sur les pratiques innovantes et inspirantes, notamment sur l’esprit d’entreprise des jeunes, les liens entre les zones rurales et urbaines, la communication et la numérisation. En outre, l’événement s’est concentré sur les outils politiques appropriés et a exploré les moyens de créer des opportunités d’emploi et des services pour les jeunes ruraux.

L’atelier a commencé par la présentation de la situation actuelle en Europe pour les jeunes ruraux. Alors que la population totale de l’UE a légèrement augmenté, la population rurale a continué à diminuer au fil des ans, y compris pour les 15-35 ans. De nombreux jeunes vivant dans les zones rurales européennes ont tendance à quitter leur petite ville ou leur village pour aller étudier et travailler dans les banlieues, les villes, mais aussi à l’étranger. Cependant, les jeunes ruraux croient fermement et reconnaissent les forces de leurs zones rurales, comme l’explique Pia Winsten, de Rural Youth Europe.

Pour illustrer le désir des jeunes de revitaliser les zones rurales, sept jeunes vivant en zone rurale en Europe, âgés de 18 à 28 ans, ont présenté leurs histoires, associations ou projets inspirants dans lesquels ils sont impliqués. Leur objectif était de montrer que les jeunes peuvent être des initiateurs de l’attractivité des zones rurales, en attirant de jeunes talents dans les zones rurales ou en dirigeant des projets dans leurs zones rurales. L’une des initiatives présentées était « Baba Residence : la jeunesse urbaine dans les zones rurales », un projet qui réunit des jeunes des villes avec des villageois âgés qui vivent dans des villages de montagne éloignés en Bulgarie. Les participants de Baba Residence ont l’occasion d’échanger et de partager leurs idées pour le développement et l’attractivité des zones reculées dans lesquelles ils vont vivre pendant un mois. Baba Residence est aussi un exemple d’innovation sociale, présenté dans la base de données du projet SIMRA (Innovation Sociale dans les Zones Rurales et Marginalisées). Cet exemple et d’autres exemples sur la façon dont l’innovation sociale peut fournir des services ruraux se trouvent dans cette brochure SIMRA sur les services ruraux.

Dans l’après-midi, au cours des différents ateliers, les participants ont pu discuter et échanger entre eux afin d’identifier les facteurs de succès des initiatives des jeunes et leur transférabilité à d’autres domaines.

Les facteurs de succès identifiés par les participants comprenaient :

  • La combinaison d’une bonne connectivité et de la fourniture d’outils numériques depuis l’école pour former les jeunes à utiliser les outils numériques, comme les médias sociaux, de la bonne façon.
  • Le programme de financement de l’UE, tel qu’Erasmus+, qui aide à préserver la jeunesse rurale dans leur région.
  • L’amélioration de l’image rurale et l’échange de connaissances entre les générations et entre les zones urbaines et rurales.

Parmi les facteurs de transférabilité ont été mentionnés les médias sociaux, la mise en réseau, le fonds de l’UE et la prise en compte de l’opinion des populations locales.

En outre, l’événement a permis de discuter d’outils et de pratiques politiques spécifiques dans le but d’élaborer des recommandations pour les politiques futures. Peter Toth, du point de contact ENRD (le REDR), a expliqué que les jeunes des zones rurales peuvent bénéficier de différentes mesures de l’UE, notamment : le paiement aux jeunes agriculteurs dans le cadre du premier pilier de la PAC ou les mesures en faveur des jeunes agriculteurs et le soutien à la création d’entreprises dans le cadre du deuxième pilier de la PAC, « l’Initiative pour l’emploi des jeunes », le nouveau Corps européen de solidarité, Eurodyssée (Erasmus+). D’autres programmes de financement tels que le Fonds social européen, Erasmus+ et les programmes Interreg peuvent également soutenir les jeunes dans les zones rurales, même s’ils ne sont pas les premiers groupes cibles (pour plus de détails, voir sa présentation ici).

Pour plus d’informations sur l’événement, l’ordre du jour et les présentations, visitez le site web du REDR ici.

Share
4 juillet 2018

Euromontana sur Facebook

Euromontana sur Twitter

Want to learn more on cohesion in #MountainAreas?#Montana174's website is now live!
💡Find initiatives financed by the #CohesionPolicy to improve the daily life of citizens in the mountains & soon factsheets to learn how to benefit from the funds👇
https://t.co/rCy1xveEAt

73% of the young people surveyed by Euromontana in 🇷🇴 say that they are dissatisfied with access to #education 🎓 Our Vice-President Rey Radu Adrian stresses the need for mountain areas to stay attractive among younger generations 👇
https://t.co/J9FLngcIrL

In a new book, available next week, our Vice President @Tor_ discusses some of the challenges in the Norwegian mountains, such as the reindeer #farming industry, #energy & wind power, remote pastures, second home development and much more👇

#ClimateChange acts faster in the mountains 🌡️ To better adapt to a changing climate, the are of Spessart developed a new strategy to drive #tourism towards a 4 seasons model 🚵 Get inspired on #ClimateAdaptation in our latest good practice 👇
https://t.co/TUXixefzI9

The latest European stats on #ageing show that rural and mountainous areas will be particularly affected in the 5 coming decades 📈 To cope with this challenge, we work with @Silver_SMEs for the development of the #SilverEconomy in the mountainous areas of @DPTeruel and @sodebur

Load More...