• fr
  • en

De la ferme à l’assiette : La Roumanie lance des Points Gastronomiques Locaux à la ferme

En 2019, la Roumanie a adopté une nouvelle série de mesures facilitant la promotion des produits locaux et permettant aux agriculteurs d’établir des Points Gastronomiques Locaux sur leurs terres. Le paquet vise à encourager le développement rural ainsi que le tourisme rural.

 

Que sont les Points Gastronomiques Locaux ?

Le nouveau Cadre Législatif et Fiscal des Points Gastronomiques Locaux communiqué en février par le Ministère roumain de l’Agriculture et du Développement Rural, vise à promouvoir le tourisme rural et la gastronomie régionale, en tant que patrimoine culturel. Le concept de Points Gastronomiques Locaux répond à la demande croissante en Roumanie, en particulier dans la région du delta du Danube, pour des unités de restauration proposant des produits régionaux provenant des nombreuses zones géographiques du pays. Le concept, initié en 2017 par l’Association Ivan Patzaichin – Mila 23, une association roumaine d’écotourisme, a été soutenu par l’Autorité Nationale Sanitaire Vétérinaire et de Sécurité Alimentaire de Roumanie (ANSVSA) et le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural.

L’idée est née d’une consultation publique. Il a été constaté que les exploitations agricoles rurales devaient pourvoir mener des activités de restauration qui non seulement seraient rentables, mais mettraient également en avant le territoire et l’identité des agriculteurs. Avant l’adoption de la loi, les petits agriculteurs désireux de fournir de la nourriture aux touristes ou aux habitants devaient être officiellement enregistrés comme restaurant. Le processus administratif était décourageant pour beaucoup d’entre eux, car il exigeait des approbations administratives et impliquait d’importants investissements et taxes.

Les mesures adoptées permettent aux agriculteurs d’ouvrir leur cuisine sans avoir à s’inscrire en tant que restaurant car ils peuvent désormais s’inscrire comme « Point Gastronomique Local » et utiliser le logo national. Pour ce faire, les agriculteurs doivent remplir les conditions suivantes:

  • être enregistré auprès de l’Autorité Nationale Sanitaire, Vétérinaire et de Sécurité des Aliments dans les conditions prévues par la Référence. 111/2008
  • être enregistré comme une personne morale (Personne Autorisée, Entreprise Individuelle, Entreprise Familiale ou Société)
  • être inscrit au Registre National du Commerce et à l’Administration Fiscale

Comme dans le cas des restaurants, les propriétaires des Points Gastronomiques Locaux doivent respecter les règles et conditions d’hygiène convenues. Les repas, par exemple, devront être préparés et consommés le même jour. La différence avec un restaurant, cependant, réside dans l’étendue de l’offre. Alors que les restaurants peuvent proposer la nourriture qu’ils souhaitent, ces points gourmands peuvent proposer un menu quotidien avec un nombre limité d’assortiments, comprenant au maximum 2 types de soupes, 2 plats principaux et 2 desserts. De plus, les repas proposés doivent être spécifiques à la région et leur préparation doit suivre des méthodes traditionnelles utilisant des matières premières produites localement.

 

Un nouvel outil de promotion des produits de montagne ?

Les Points Gastronomiques Locaux diffèrent donc des restaurants et ne cherchent pas à les remplacer. Dans le même temps, ils offrent une solution aux agriculteurs familiaux désireux de promouvoir leur patrimoine culturel et gastronomique. Cette mesure est un nouvel outil de développement rural pour la région du Danube, pour promouvoir le tourisme et l’agriculture de montagne dans une région où les offices de tourisme sont sous-développés. En outre, comme l’indique clairement le Ministère, ces Points Gastronomiques ne devraient proposer que des « préparations culinaires spécifiques à l’aire traditionnelle, certifiées par les schémas de qualité (par exemple IGP, AOP, STG), les labels biologiques, des indications géographiques, des produits de montagne, des marques de certification, des labels collectifs ». En plus du logo national « produit de montagne » que la Roumanie a récemment adopté en février 2019, cette nouvelle mesure peut donc être un outil supplémentaire utile à la promotion du patrimoine gastronomique de montagne roumain.

Les Points Gastronomiques Locaux n’encouragent cependant pas seulement la promotion de produits de montagne. L’initiative roumaine rappelle en effet le concept d’agriculture multifonctionnelle, au sein duquel les agriculteurs de montagne peuvent développer des activités de tourisme et de dégustation de produits en plus de leurs activités agricoles. Ces nouveaux Points Gastronomiques Locaux peuvent ainsi servir de canal supplémentaire pour promouvoir davantage les produits de montagne mais aussi pour encourager le tourisme rural durable en montagne.

Les mesures sur les Points Gastronomiques Locaux arrivent à un moment où de plus en plus de projets visent à stimuler le développement de la montagne par la promotion du patrimoine culinaire, comme c’est le cas du projet AlpFoodWay ou de la labélisation des produits de Valdres en Norvège par exemple. Mais les Points Gastronomiques Locaux Roumains vont plus loin, en offrant un cadre légal pour la petite restauration à la ferme. Cela correspond d’ailleurs aux recommandations formulées par les membres d’Euromontana dans la déclaration de Vatra Dornei, « Le patrimoine culturel : un atout ancré dans le territoire synonyme d’attractivité et d’avenir pour nos montagnes ! » Lors des dernières Assises Européennes de la Montagne en 2018, les organisations de montagne de toute l’Europe ont en effet plaidé pour « mieux accompagner les projets collectifs en montagne liés à la protection et à la valorisation du patrimoine culturel (par exemple les produits de montagne) afin de renforcer la structuration en filières résilientes.« 

Si vous êtes intéressé par les Points Gastronomiques Locaux et souhaitez vous en inspirer pour concevoir un cadre similaire dans votre Etat membre, veuillez lire le guide pratique dédié aux agriculteurs, donnant des informations plus détaillées sur les conditions d’implantation de tels points de restauration à la ferme.

Share
22 mai 2019

Euromontana sur Facebook

Euromontana sur Twitter

Looking for a Summer reading? 😎⛰ @MtnResearch published a study on the link between a protected mountain area and tourism. Discover all implications for local municipalities and communities as well as impacts on tourism activities and the environment 👇
https://t.co/gMz0sLAplo

Health & education are critical for resilience of mountain people / ecosystems https://t.co/d1l1jMF77u Health in all policy approaches alongside lifelong learning have major role to play in #mountainsmatter @Euromontana @GMBA_IPO @rosalauraromeo

Travelling in the #Alps during the last weeks of August? 😎 Then, discover @AlpinePearls and experience #SustainableMobility during your mountain holidays! 🚞
https://t.co/I9uuyK88VS

Advanced course on social innovation in rural areas
🗓️ 18-22 November 2019
🌍 Zaragoza, Spain,
💰Free of cost
‼️ Apply now!
👉 https://t.co/8heeDa6iIv

Join us during the #EURegionsWeek 2019! On October 8, we will be organising the event "Europe Closer to citizens of Islands, Mountains and Sparsely Populated Areas" to discuss tailor made approaches to their specificities.
👇 Info & Registration 👇
https://t.co/ExXDo1M9rd

Load More...