• fr
  • en

Quand l’économie circulaire rencontre la bioéconomie en milieu rural

En octobre 2018, la Commission européenne a présenté un plan d’action pour « développer une bioéconomie circulaire et durable au service de la société, de l’environnement et de l’économie européennes », soit la mise à jour de la stratégie de l’UE en matière de bioéconomie de 2012. Ce nouveau plan contient 14 actions concrètes qui seront lancées en 2019. Par exemple, il y a la création d’une plateforme thématique d’investissement dans la bioéconomie circulaire de 100 millions d’euros. Une autre action comprend le lancement d’actions pilotes pour le développement de la bioéconomie dans les zones rurales, côtières et urbaines, par exemple en matière de gestion des déchets ou de pratiques agricoles de stockage de carbone.

Selon la définition de l’UE, la bioéconomie « comprend les parties de l’économie qui utilisent les ressources biologiques renouvelables de la terre et de la mer – telles que les cultures, les forêts, les poissons, les animaux et les micro-organismes – pour produire des aliments, des matériaux et de l’énergie ». Le Centre de connaissances en bioéconomie de la Commission européenne estime que les industries agricoles et alimentaires représentent 76% des 18 millions d’emplois de la bioéconomie en 2015 et génèrent 67% du chiffre d’affaires (2,259 milliards € au total dans l’UE en 2015).

La bioéconomie apparaît donc comme une opportunité de générer de la valeur dans les zones rurales, et la bioéconomie circulaire (c’est-à-dire l’application du concept d’économie circulaire – transformer les déchets en ressources – aux ressources biologiques) comme une opportunité de faire circuler cette valeur localement dans l’économie rurale. Il existe déjà de nombreux exemples locaux de production et de consommation d’énergie, de transformation d’aliments, de marques territoriales, de valorisation des sous-produits, de transformation des déchets en nouveaux produits biologiques, etc. En parcourant la base de données des innovations sociales lancée par le projet H2020 SIMRA, vous trouverez des exemples concrets de telles initiatives. Vous pouvez également consulter l’article qu’Euromontana a écrit en 2017 sur la municipalité d’Alzen en France qui a utilisé les principes de la bioéconomie circulaire pour accroître son attractivité et quadruplé sa population.

Cependant, malgré l’accent politique mis récemment sur la bioéconomie, il n’existe pas de cadre politique clair. Les mesures visant à développer la bioéconomie se retrouvent dispersées à l’intérieur des politiques suivantes :

Le projet BIOrescue en particulier a travaillé sur l’identification de solutions pour déployer des systèmes agroalimentaires circulaires à travers l’Europe. Ces thèmes ont été abordés lors de la conférence « Vers une industrie agroalimentaire circulaire » le 4 avril 2019 à Bruxelles, à laquelle Euromontana a participé. Les résultats du projet montrent que des investissements dans des initiatives de recherche, en particulier des partenariats public-privé, sont encore nécessaires pour aider à relier le secteur agroalimentaire aux opportunités potentielles offertes par l’industrie des produits bio-sourcés. Dans les chaînes de valeur agroalimentaires, la collaboration et la formation, ainsi que les investissements dans l’infrastructure et la logistique, offriront également de fortes incitations au secteur pour s’orienter vers des pratiques commerciales circulaires. Mais pour que l’économie circulaire devienne une réalité dans l’industrie agroalimentaire, un cadre politique clair et cohérent sera essentiel. Un tel cadre politique nécessiterait une intégration plus étroite des objectifs politiques entre les secteurs, ce qui favoriserait une utilisation en cascade des ressources biomasse. Ainsi, des règles du jeu équitables pourront être créées pour les produits issus de la biotechnologie, pour éviter la concurrence avec la bioénergie notamment, tout en prioritisant la contribution des systèmes agroalimentaires à l’atténuation du changement climatique.

Pour en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à visiter le Portail de la bioéconomie rurale lancé par l’ENRD, où vous trouverez des bonnes pratiques inspirantes, les résultats du Groupe thématique de l’ENRD sur  » l’intégration de la bioéconomie  » et des nouvelles liées à ce sujet.

 

Share
3 mai 2019

Euromontana sur Facebook

22 hours ago

Euromontana
Join us on 10 December for our 2021 International #Mountain Day celebration! #MountainsMatter This year’s theme is #sustainabletourism in mountains! ⛰️➡️ fao.org/mountain-partnership/events/imd-2021/en/ ... See MoreSee Less
View on Facebook

Euromontana sur Twitter

Get to know our new member: region @malopolskaPL 🇵🇱 From tourism to mobility and cross-border cooperation, this Polish region wants to collaborate for the #SustainableDevelopment of mountain areas🌄
https://t.co/A9TxhXCbno

Celebrate sustainable #mountain tourism the Friday, 10 December at 14.30 CET. #MountainsMatter

Register here https://t.co/7sD4Oe7PfE

3

📣We recruit an EU Project Officer

We are looking for motivated young people to join our team in Brussels, manage our projects on #ForestFires, #pastoralism or #CohesionPolicy & develop new ideas 🌄

Applications open until 10/01/2022
Job offer ⤵
https://t.co/dzr2OHeMIl

El proyecto #Montana174 de @Euromontana pretende dar a conocer las posibilidades que la Política de Cohesión ofrece a las áreas de montaña. Puedes colaborar completando la encuesta contando tus experiencias: https://t.co/N70dqerAHV https://t.co/JEDzTGirXB

More than 75% of the #grasslands in the EU have unfavorable conservation status 💔. How can we improve their environmental #conservation and socio-economic challenges? The @LIFEprogramme OREKA MEDIAN identifies 31 practices & recommendations for #science📌https://t.co/ViZ6pS3EpW

Load More...